Entrée vahivoraka (vahy, voraka)
Partie du discours nom
Explications en français  [Abinal 1888 page 800] Plante vénéneuse et purgative, Phytolacca abyssinica. Jacq
  [Boiteau 1997] (de vahy : liane ; et voraka : lien sans solidité, dont on se débarrasse facilement). Nom donné à un grand nombre de plantes lianoïdes à tige peu lignifiée ou sans solidité. Ce sont surtout, suivant les dialectes :
¶  [Merina] Cissampelos pareira L. (Menispermaceae). Espèce médicinale mais fortement toxique, surtout les racines. Surtout utilisée par les mpimasy en usage externe, de nos jours. Autrefois, on en connaissait bien la posologie (1 cuillérée à café de la décoction très amère, additionnée de quelques gouttes de jus de citron) et on l'administrait per os avec les précautions requises. Elle peut provoquer des diarrhées, accompagnées ou non de vomissements
¶  [Merina] Phytolacca dodecandra L'Hér. (identique à Phytolacca abyssinica Jacq. cité par Malzac). Plante jouissant d'une grande réputation officinale.
¶  [Sihanaka, Tsimihety] Danais sp. (Rubiaceae).
¶  [Sakalava] Clematis ibarensis Baker et Clematis orientalis L. (Ranunculaceae). Plantes dangereuses, extrêmement vésicantes.
¶  [Tanala] Cissus lemurica Desc. (Vitaceae).
Vocabulaire 
Nom scientifique Cissampelos pareira, Cissus lemurica, Clematis ibarensis, Clematis orientalis, Danais sp., Phytolacca dodecandra
Exemples  [Callet: Tantara, page 114] Raha malemy ny ozatra: ny vahivoraka, ny ravina totoina, tanehina, andomana ny tongotra;
Citations 

Mis à jour le 2022/06/01