Entrée mongy
Partie du discours nom
Explications en malgache  [Rajemisa 1985] Karazan-kazo
Explications en français  [Abinal 1888 page 444] Arbre à bois tendre dont on fait des assiettes et des grandes cuillères Hernandia peltata, Meisn.
  [Boiteau 1997] Dans toutes les régions forestières ; termes de nature écologique (comme molanga). On appelle ainsi toutes les essences à croissance rapide, à bois blanc, tendre, à feuilles de grande taille fournissant une ombre épaisse et un humus abondant par leur décomposition. On nomme ainsi :
¶ des Crotons (Euphorbiaceae) notamment : Croton mongue Baill. (nom relevé par Chapelier 1794 sur son n° 23, type probable de l'espèce). Ce groupe des Crotons appelés mongy est encore mal connu du point de vue systématique. Ils forment un ensemble très cohérent au sein du sous genre Eluteria de Grisebach. Tous ont des écorces médicinales auxquelles on attribue des propriétés apéritives et excitantes : on en administre l'infusion dans les anorexies, les états de fatigue et les dépressions. Très odorants dans toutes leurs parties (un des collecteurs a noté : « odeur de pharmacie »). Les écorces sont généralement sans alcaloïdes ou seulement avec des traces. Elles sont par contre riches en flavones et en polyphénols. D'après Descheemaeker (1978) chez les Zafimaniry et les Betsileo, c'est surtout Croton mongue Baill. (Euphorbiaceae) qui est désigné sous ce nom. Il jouit d'une grande réputation dans le traitement des maladies vénériennes appelées kialo, forme de blennorragie. On emploie les écorces et les feuilles. Leur décoction sert à préparer des bains, des lotions, et on en boit aussi un peu, soir et matin. des macaranga (Euphorbiaceae) notamment Macaranga obovata Boivin. Bien que le nom malgache de ceux-ci soi plutôt makarana ou molanga.
¶ des dombeya (Malvaceae) tels que Dombeya heimii Arènes (nom noté par R. Heim sur le type de l'espèce) et aussi des hibiscus, comme Hibiscus lasiococcus L. (Malvaceae) réf. Herb. Jard. Bot. Tananarive 2764. Comme ils font des fibres, on les distingue souvent sous le nom de mongihafotra.
¶ Enfin, plus rarement, d'autres plantes réédificatrices, comme Hernandia peltata Meisn. (Hernandiaceae) et Tournefortia argentea L.f. (Boraginaceae) de la forêt littorale. Ce dernier exclusivement sur les sables coralliens. Pittosporum polyspermum Tul. (Pittosporaceae) sur les pentes orientales. Canthium alleizettei (Dubard et Dop) Cavaco (Rubiaceae) dans les rares restes de forêts d'Imerina ; etc.
Vocabulaire 
Nom scientifique Canthium alleizettei, Croton mongue, Dombeya heimii, Hernandia peltata, Hibiscus lasiococcus, Pittosporum polyspermum, Tournefortia argentea

Entrée mongy
Partie du discours nom
Explications en français  [Boiteau 1997] [Mahafaly, Tandroy] Région du Sud-Ouest. Nom donné aux produits végétaux riches en substances terpéniques et susceptibles de s'enflammer sans séchage préalable. Le plus souvent les écorces de : Kalanchoe beharensis Drake ou Kalanchoe grandidieri Baill. (Crassulaceae).
Vocabulaire 
Nom scientifique Kalanchoe beharensis, Kalanchoe grandidieri

Mis à jour le 2022/05/07